Accueil / A la Une / COUR D’APPEL DE DALOA / UNE NOUVELLE ANNEE JUDICIAIRE S’OUVRE

COUR D’APPEL DE DALOA / UNE NOUVELLE ANNEE JUDICIAIRE S’OUVRE

 1,049 Vues

La salle d’audience du Tribunal de première instance de Daloa a abrité l’audience solennelle de rentrée judiciaire 2022-2023 de la Cour d’Appel de Daloa, le vendredi 18 novembre 2022, en présence du Directeur de Cabinet KOUASSI N’Guessan Bernard, représentant le Garde des sceaux, Ministre de la Justice et des Droits de l’Homme, Jean Sansan KAMBILE.

Quatre (4) magistrats dont deux (2) conseillers, un (1) conseiller par intérim et un (1) avocat général ont été installés, tandis que six (6) nouveaux magistrats ont prêté serment au cours de l’audience.

Le Procureur général, près la Cour d’Appel de Daloa, COULIBALY Aboubacar, a fait un exposé sur le viol.

Selon lui, il y a eu 155 cas de viols sur les 436 dossiers enregistrés à la Cour d’appel de Daloa. Il est revenu sur les peines auxquelles s’exposent les auteurs en ajoutant que celles-ci peuvent aller de 5 à 20 ans de condamnation, jusqu’à la prison à vie.

C’est autour de la thématique « une justice de qualité » que Madame FIAN Adou Rosine, Premier Président de la Cour d’Appel de Daloa, a axé son intervention. Elle a recommandé la formation des acteurs de la justice afin que ceux-ci rendent un service public de qualité.

Au cours de l’année judiciaire écoulée, ce sont 2008 arrêts qui ont été traités, par sept (7) présidents de chambre et six (6) conseillers, sur 2 770 dossiers reçus.

En matière correctionnelle, 1074 ont été arrêts rendus sur 1424 dossiers enrôlés ; En ce qui concerne la chambre d’instruction criminelle, 297 arrêts ont été rendus sur les 297 dossiers présentés. Quant aux jugements, Madame le Premier Président a indiqué que dans les cinq (5) tribunaux de sa compétence, ce sont, au total, 15 598 jugements qui ont été rendus sur les 20 061 affaires reçues.

Après avoir félicité les magistrats pour ce bilan, qui est le fruit d’un travail acharné, elle les a encouragés à continuer dans la progression et l’amélioration de la justice au service du citoyen, en évitant le favoritisme.

Haut